La Boxe

 

 « Je vole comme un papillon et je pique comme une abeille » Mohamed Ali

Baby Boxe  Boxe Educative  Boxe Amateur  Boxe Feminine   Boxe Loisir  Fitness boxing Handi Boxe Planning 2015

 

Introduction

 

Sport de combat opposant deux compétiteurs qui s'affrontent exclusivement à coups de poing, sur un ring. Sport universel sous la forme de la boxe dite « anglaise », la boxe connaît des formes profondément implantées dans certains pays mais qui tendent à se développer hors de leur terroir d'origine, telles la boxe française et, surtout, la boxe thaïe. La boxe reste un des sports les plus durs avec le cyclisme, et un des plus dangereux avec le sport automobile. École d'endurance, c'est aussi une activité sportive qui assure une certaine promotion sociale à des sportifs souvent issus des milieux les plus défavorisés de la société.

 

Historique

 

Une invention anglaise

 

L'idée d'en découdre à coups de poing se perd dans la nuit des temps. En revanche, le pugilat, dans sa forme gréco-romaine, se laisse plus facilement identifier ; discipline olympique dans la Grèce antique, il est également fort apprécié à Rome. Toutefois, l'engouement pour ces joutes ne résiste pas aux convulsions de l'Empire romain, et il faudra attendre le xviiie s. pour qu'un Anglais du nom de James Figg redécouvre la pratique du pugilat gréco-romain. L'« escrime sans armes », ou boxe à mains nues, est vite promise à un bel avenir, attirant notamment de nombreux parieurs. Mais la violence et les irrégularités des combats d'alors provoquent aussi des émeutes parmi les spectateurs insatisfaits.

 

En 1743, Jack Broughton définit les premiers éléments d'une boxe de combat ; on lui doit notamment l'invention de la technique dite du « jeu de jambes ». De plus en plus populaire, la boxe à mains nues donne au monde sportif ses premières célébrités : Daniel Mendoza (1763-1836), John Jackson (1769-1845), Tom Cribb (1781-1848), Bill Richmond (1763-1829).

 

En 1865, le journaliste John Graham Chambers, sous le patronage du marquis de Queensbury, jette les bases d'une réglementation de ce sport, qui devient le « noble art » : 
– le port des gants est obligatoire ; 
– la durée des reprises (rounds) est fixée à 3 min, avec 1 min de repos prévue entre chaque round ; 
– trois catégories de poids sont fixées (lourd, moyen et léger) ; 
– enfin, la durée maximale d'un knock-down (état dans lequel un boxeur est à terre mais n'est pas encore mis hors de combat) est de 10 secondes ; si le boxeur reste à terre au-delà de cette période, il est dit « knock-out ».

 

Un sport populaire

 

Les organisateurs du monde entier adoptent peu à peu les règles du marquis de Queensbury, permettant ainsi à la boxe d'asseoir sa renommée et sa légitimité dès la fin du xixe s. C'est ainsi que John L. Sullivan (1858-1918) est considéré comme le premier champion du monde de boxe (1882). À peu près à la même époque, le « noble art » s'implante en France, en dépit de l'interdiction dont il fait l'objet. Mais dès 1903, il est officiellement reconnu et se crée alors la Fédération française des sociétés de boxe. En peu de temps, Paris devient un des foyers les plus animés de la boxe internationale, et la réputation des boxeurs français franchit la Manche et l'Atlantique. Parallèlement au développement de la boxe professionnelle, la boxe amateur prend, elle aussi, son essor. Après les tournois organisés à l'occasion des jeux Olympiques de Saint Louis (1904) et deLondres (1908), la boxe amateur est définitivement reconnue lors des Jeux organisés à Anvers en 1920.

 

Mais c'est surtout la boxe professionnelle qui suscite le plus d'intérêt de la part du grand public, passionné par la lutte pour les couronnes mondiales. À partir des années 1920, la boxe est incontestablement le sport populaire par excellence. Durant tout le siècle, la boxe professionnelle a été dominée par les Américains, avec tout d'abord des champions Blancs, puis à partir des années 1930, des Noirs, qui trouvent dans le noble art un instrument de promotion sociale. Certaines compétitions américaines acquièrent le statut de véritables championnats, telles que les Golden Gloves (les Gants d'Or).

 

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le développement de la médiatisation et la présence de la télévision donnent un nouvel élan à la boxe, représentée par des champions charismatiques comme Rocky Marciano, Floyd Patterson, Sonny Liston, Ray « Sugar » Robinson et, bien sûr, Muhammad Ali (alias Cassius Clay).

 

La Fédération française de boxe

Née en 1903, la F.F.B., qui contrôle la boxe professionnelle et la boxe amateur, est affiliée aux organismes internationaux suivants : pour les amateurs, l'Association internationale de boxe amateur (A.I.B.A.) au niveau mondial, et l'Association européenne de boxe amateur (A.E.B.A.) au niveau européen ; pour les professionnels, la European Boxing Union (EBU) au niveau européen, et la World Boxing Council (WBC) au niveau mondial. La boxe recrute, en France, l'essentiel de ses pratiquants dans les milieux modestes, où le professionnalisme est synonyme de promotion sociale. La pratique de la boxe est répartie de manière homogène dans l'espace français, puisque le « noble art » est présent dans 91 départements ; la région parisienne, le Nord et le Sud méditerranéen présentent les effectifs les plus étoffés.

Les équipements

Le ring

Le ring est constitué d'une estrade carrée de 4,90 m à 6,10 m de côté dont l'enceinte est délimitée par trois rangées de cordes tendues entre quatre poteaux d'angles capitonnés. Le plancher est recouvert d'un tapis destiné à amortir les chutes.

Les gants

Chez les professionnels, le poids des gants est fixé à 171 g chacun jusqu'à la catégorie des super-welters (entre 66,678 kg et 69,852 kg) et à 227 g pour les catégories supérieures.

Chez les amateurs, le poids de chaque gant est fixé à 227 g jusqu'à la catégorie des mi-moyens (entre 63,5 kg et 67 kg) et à 284 g pour les catégories supérieures.

La tenue

Le boxeur porte des chaussures légères sans pointe ni talon, une culotte descendant à mi-cuisses, une coquille protectrice et un protège-dents. Avant que les gants ne soient enfilés, les mains du boxeur sont bandées afin de les protéger des foulures et des fractures.

Les règles

 

Il est interdit de frapper au-dessous de la ceinture ou de frapper avec le gant ouvert, la paume, le tranchant ou le côté extérieur de la main, ou bien avec le poignet, l'avant-bras ou le coude. Coups de tête, de pied ou d'épaule sont également prohibés tout comme les coups portés volontairement derrière la tête ou dans le dos et les reins lors des corps à corps. Frapper un adversaire à terre entraîne la disqualification.

 

 

 

Newsletter

 

 

Soyez les premiers informés de l‘actualité Boxing Club Hemois

Qu'il s'agisse des nouveautés, des modifications d'horaires ou fermeture exceptionnelle

de la salle : vous serez le premier à être au courant.

Inscrivez-vous dés à présent.

Indiquez votre adresse email ci-dessous puis cliquez sur le bouton OK

 

 

E-mail