Halim Zehrir s'est fait une raison

PUBLIÉ LE 15/12/2010 À 00H00

Depuis la médaille olympique de Pékin en 2008 et le passage inéluctable de son fils spirituel Daouda Sow chez les pros, Halim Zehrir, l'entraîneur du BC Hem, se consacre exclusivement à son club avec l'espoir de dénicher une nouvelle perle.

 




C'est quoi une journée type pour l'entraîneur que vous êtes ?


>> Jusqu'à 17h, j'ai des obligations professionnelles. Après, je me rends à la salle de boxe pour m'occuper de mes élèves. En tant qu'entraîneur général du BC Hem, je suis chargé de préparer les boxeurs aux compétitions régionales et nationales. Mon rôle est d'encadrer toutes les sections, de la boxe éducative à la catégorie senior.

C'est en salle que vous assouvissez votre passion pour le noble art ?
>> Après une aventure très enrichissante avec Daouda, il était important pour moi de revenir à ma passion qui est de découvrir et accompagner de jeunes boxeurs. Avec Bryan Coupé et Alexandre Titov, le club tient deux valeurs sûres qui peuvent suivre la trace de Daouda. Pour accomplir cette tâche, ma présence en salle est indispensable.

Quels rapports entretenez-vous avec Daouda Sow désormais ?
>> L'amitié qui lie Daouda au club, à la ville de Hem et à moi-même est indéfectible. D'ailleurs, lorsqu'il revient dans la région, c'est ici qu'il vient s'entraîner et se ressourcer. Cela étant, depuis qu'il a franchi le Rubicon en devenant boxeur professionnel, Daouda a un promoteur en la personne de Gérard Teysseron et un staff qui s'occupe de ses intérêts sportifs.

Des regrets de ne pas être de cette équipe ?
>> Non. Ce qui est par contre regrettable, c'est qu'une région comme la nôtre ne possède pas de structure aux reins solides pour accompagner ses boxeurs au plus haut niveau.w
PROPOS RECUEILLIS PAR R.G. (correspondant)

 

Nord Éclair

 

http://www.nordeclair.fr/Locales/Roubaix/Sports/2010/12/15/halim-zehrir-s-est-fait-une-raison.shtml

×